100 mots sur… The Blue Blazes

BlueBlazesVoici un livre « efficace », qualificatif étonnant pour une oeuvre littéraire mais c’est pourtant l’impression que le roman m’a laissée. La structure narrative était parfaitement équilibrée pour conserver mon intérêt, les personnages étaient construits de manière à générer une tension dramatique suffisante et les thèmes abordés étaient intégrés au récit de façon ni trop explicite ni trop occultée. Mais voilà, malgré le talent évident de l’auteur, il se dégage du roman un relent de formule trop bien suivie. On s’en retrouve toujours satisfait mais jamais étonné, jamais ébranlé, jamais vraiment touché.

Les dix derniers mots: Ça existerait donc, un roman trop bien pour plaire vraiment?

Lecteur au rapport!

The Blue Blazes
par Chuck Wendig

BlueBlazesNon, ce n’est pas un copier/coller de mon article de la semaine dernière. J’ai vraiment si peu avancé dans mes lectures. Je serai honnête avec vous: la semaine a été éreintante sur le plan professionnel. Quand ça arrive, j’ai tendance à aller m’échouer devant la console de jeux plutôt que de lire. On dira ce qu’on voudra, mettre le cerveau en veilleuse, ça fait du bien.

Le diable s’habille en Voltaire
par Frédéric Lenormand

DiableSHabilleVoltaireJ’ai encore moins avancé avec « Fred », malgré le plaisir incontestable que j’ai à lire ce livre. Normalement, les Lenormand, je les dévore mais, cette semaine, vous savez… Bon, c’en est assez de me battre la coulpe! On reprend les bouquins et on livre du contenu!

Lecteur au rapport!

The Blue Blazes
par Chuck Wendig

BlueBlazesQue voici? Un roman là où auparavant figurait un ouvrage de référence? Bien que je vous avais habitués à un duo fiction/référence dans mes lectures en cours, il a fallu que je me rende à l’évidence: l’étude, ça use son homme. Forensics: A Guide for Writers avait beau être passionnant, il n’en demeurait pas moins qu’à la longue, je me fatiguais d’un propos aussi sérieux. En plus, depuis un bout de temps, j’avais une section de romans en anglais qui me dévisageaient à toutes les fois que je jetais un oeil à ma bibliothèque. Il était temps de corriger cette négligence, à commencer par Chuck Wendig, un de mes auteurs américains préférés, dont j’avais beaucoup aimé le Blackbirds l’an passé et qui possède un blogue des plus captivants.

Le diable s’habille en Voltaire
par Frédéric Lenormand

DiableSHabilleVoltaireOui, je sais: ça fait beaucoup de Frédéric Lenormand cette année. Ce livre est le troisième de la série Voltaire mène l’enquête que je lis et, avec le premier des Nouvelles enquêtes du Juge Ti, ça fera mon quatrième du même auteur dans presque autant de mois. Et vous savez quoi? il m’en reste trois encore sur mes tablettes. C’est simple: je vais bientôt référer à cet auteur comme « Fred », tout bonnement.