100 mots sur… Dragon Age: Origins

DragonAgeOriginsPremier de la série Dragon Age, ce jeu présente un aspect particulier en ce qui a trait à la trame narrative: non seulement le joueur est-il libre de choisir s’il sera un « bon » ou un « méchant », mais en plus les choix ne sont pas toujours aussi simples qu’ils ne le paraissent en premier. En effet, la plupart des bonnes actions requièrent des compromis, de même que les mauvaises actions peuvent tout de même avoir des effets bénéfiques. Aucun noir ou blanc dans ce jeu, que des tons de gris.

Les dix derniers mots: La plupart des romans  et films peuvent-ils en dire autant?

100 mots sur… Escape Dead Island

EscapeDeadIslandNouveau jalon dans la série Dead Island, ce jeu est répétitif au point d’en être agressant. Il pose quand même une question narrative intéressante: à quel point peut-on se fier au point de vue subjectif du personnage qu’on incarne dans un jeu vidéo? Au fur et à mesure que les hallucinations se multiplient au fil du récit, nous sommes invités à remettre en question la santé mentale et donc le bien-fondé même de la mission du protagoniste. Sommes-nous en train de casser du zombie ou de vivre une crise psychotique?

Les dix derniers mots: Le jeu est trop ennuyant pour voir l’histoire jusqu’à la fin.