100 mots sur… Dylan Dog: Dead of Night

DylanDogDeadOfNightEncore une adaptation, cette fois de la bande dessinée italienne éponyme, le film déçoit. Malgré une idée de base pourtant si fertile pour une critique sociale, il tente plutôt la comédie d’horreur, échouant à la fois à être drôle ou horrifiant. Mais là où le bât blesse le plus, c’est avec l’utilisation d’un personnage secondaire horripilant et futile. En effet, l’assistant Marcus aurait pu être retiré de l’histoire et mieux la servir ainsi. En supprimant sa présence, le film n’aurait pas été meilleur, mais il aurait été au minimum moins enrageant.

Les dix derniers mots: On ne remplit pas une histoire vide avec des blagues.

Publicités