Lecteur au rapport!

Yeruldelgger
par Ian Manook

YeruldelggerVous commencez à me connaître: je suis un grand consommateur de romans policiers étrangers, ou du moins de romans policiers dont l’intrigue se passe dans un environnement différent de la classique grande ville américaine, fût-ce dans un pays dont la culture nous est peu connue ou à une époque dont les moeurs nous étonnent.

Écrit par un Français mais se déroulant en Mongolie, Yeruldelgger nous transporte dans une contrée qui, somme toute, nous semble plutôt familière. Je soupçonne que cette étrange familiarité soit due au fait que l’auteur, n’étant pas lui-même de ce coin du globe, a trop forcé la note. En voulant nous faire ressentir l’étrangeté de son décor, il a parsemé son récit de miettes de « particularités culturelles ». Celles-ci ne détonneraient pas tant si elles n’étaient pas juxtaposées à des dialogues, des personnages et des situations convenues, extraites à même le corpus classique du thriller américain. Jusqu’à maintenant, la Mongolie de Manook m’apparaît plus comme une toile de fond devant laquelle paradent des personnages qui rivalisent de minceur avec ce canevas grossièrement peint.

J’espère que j’aurai changé d’opinion d’ici la fin de la lecture de ce pavé de plus de 600 pages.

En fait, si je me souviens bien, j’ai eu le même reproche pour Qumran d’Éliette Abécassis et Dans le quartier des agités de Jacques Côté: une intrigue ankylosée qui peine à avancer tant elle croule sous le poids de l’information circonstancielle. Que les auteurs fassent des recherches, soit. C’est même très louable. Mais de là à intégrer au roman tous les faits qu’ils ont trouvés fascinants, qu’ils se partent un blogue; ils pourront y épancher tous les fruits de leurs lectures et ainsi préserver la sveltesse de leur intrigue.

(Et si vous voulez savoir, conformément à mon principe « la vie est trop courte pour la gaspiller à lire de mauvais livres », je n’ai terminé ni Qumran ni Dans le quartier des agités.)

À bien y penser, je n’ai eu ce problème qu’avec les auteurs occidentaux. Je ne crois pas que cette difficulté soit leur apanage – je n’ai pas la prétention de croire mon horizon littéraire si vaste pour me prononcer de façon définitive sur la question – mais je ne suis pas encore tombé sur un auteur japonais ou indien qui insiste à ce point sur les particularités des gens d’en face. D’ailleurs, je serais amusé de nous voir scrutés du même oeil de touriste que promènent nos auteurs sur le reste du monde. Si vous avez des suggestions de lecture à me faire qui contiennent des exemples de ce cru, n’hésitez pas à m’en faire part. Ma curiosité sur le sujet placerait ces livres en tête de ma liste de lecture!

Forensics: A Guide for Writers
par D.P. Lyle

ForensicsJe n’ai commencé ce livre qu’hier soir. Je ne puis rien vous dire de plus à part que la préface était bien écrite.

Ne me regardez pas comme ça. J’ai quand même compensé à l’aide de plusieurs paragraphes supplémentaires sur le premier livre!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s