100 mots sur… Wonderbook

Wonderbook_Case_r2.inddSi quelqu’un voulait un jour convaincre le monde en général que les écrivains sont des « artistes » dans le sens le plus péjoratif du terme – brouillons, prétentieux et hermétiques – il leur montrera ce livre. Sautant constamment du coq à l’âne, interrompant son propos pour l’entrecouper d’illustrations et de témoignages, échafaudant des théories alambiquées qui n’ont d’application et de fondement que dans les romans de l’auteur, criblant son travail de citations comme un collégien paresseux en manque d’idées, Wonderbook est une tornade impossible à saisir et qui ne laisse rien derrière elle.

Les dix derniers mots: Un beau livre inutile, comme une voile en or massif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s