100 mots sur… L’énigme des Blancs-Manteaux

EnigmeBlancsManteauxContexte intéressant, idée originale, enjeux captivants… mais quelle corvée que de lire ce roman jusqu’au bout! Que s’est-il passé? Jean-François Parot passe constamment par Singapour pour aller de Québec à Montréal; son roman est farci de détours inutiles qui ankylosent son récit et finissent par exaspérer son lecteur. Quand ce n’est pas le protagoniste qui se réserve quelques bons paragraphes pour gloser sur son cheminement personnel et remettre en question sa vision du monde, c’est l’auteur qui déverse sur nous les fruits de ses indéniables et abondantes recherches historiques. Assommant!

Les dix derniers mots: Parot serait bien embêté de se limiter à cent mots.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s