100 mots sur… Blood Lake: Attack of the Killer Lampreys

BloodLakeAh, The Asylum! que tu nous gaves de tes écoeurantes confections! Blood Lake est le genre de film que feu Roger Ebert qualifiait de idiot plot (« intrigue à idiots »), c’est-à-dire un film dont l’intrigue repose entièrement sur la prise systématique de la pire décision possible à chaque noeud narratif. Remplacez n’importe lequel des choix effectués par les personages du film par l’option sensée que choisirait un être humain normal et l’intrigue disparaît, faute de tension dramatique, d’enjeux et de conflit. Dieu bénisse donc les idiots: ils permettent les (mauvaises) histoires.

Les dix derniers mots: Seul bon point: la participation éphémère du biologiste Jeremy Wade.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s