100 mots sur… Le pingouin

LePingouinCe roman exploite la tendance naturelle du lecteur à souhaiter le succès du protagoniste pour représenter comment des gens ordinaires peuvent permettre des atrocités sans s’y opposer. Le héros, Victor, réalise que les personnes qui font l’objet des nécrologies  qu’il écrit sont subséquemment liquidées. Bien qu’il perçoive comment ses actions mènent à des meurtres, il poursuit son travail parce qu’il ne se sent pas directement responsable. De même, le lecteur sympathise avec Victor en tant que protagoniste, mais cette sympathie le rend essentiellement complice à son tour des crimes perpétrés.

Les dix derniers mots: Une belle démonstration de la différence entre empathie et sympathie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s