Lecteur au rapport!

« Lecteur au rapport? Que c’est que c’est que ça? » vous entends-je vociférer, mes hypothétiques lecteurs. Pour les six d’entre vous qui n’êtes pas ici pour la première fois, c’est ce que vous connaissiez sous le nom du Statut de la pile. J’ai décidé d’en changer le nom après m’être rendu compte que, pour beaucoup de blogueurs qui font la même chose que moi, la « pile », c’est ce que moi j’appelle la « réserve », c’est-à-dire le tas de livres en attente d’être lus. Alors voilà, je rentre dans le rang!

The Writer’s Journey: Mythic Structure for Writers par Christopher Vogler

writersjourneyÇa s’améliore sur le front Vogler! Après une longue série de chapitres sur les archétypes narratifs calqués sur la théorie de Jung, l’auteur a maintenant pénétré le coeur de son propos avec l’application du monomythe de Joseph Campbell à la construction d’une structure narrative. Bon, c’est encore un peu brouillon comme approche et les exemples puisés des Westerns sont étrangement nombreux, mais au moins on est dans du concret!

1Q84, livre 1: Avril – Juin par Haruki Murakami

1Q84v1Je ne parviens toujours pas à m’expliquer pourquoi un livre dont la narration est si lente et dense parvient toujours à m’envoûter dès que j’en ai lu une page ou deux. Il doit y avoir quelque chose dans le style des auteurs japonais, plus spécifiquement dans la façon qu’ils amènent et développent leurs idées, qui fait en sorte que commencer un chapitre donne l’impression de se glisser dans un bon bain chaud et parfumé.

Le pingouin par Andreï Kourkov

LePingouinJ’ai lu trois pages jusqu’à présent.

All About History, numéro 20

AllAboutHistory020Une nouvelle revue! En rubrique dans ce numéro: des Anglais qui se tapent dessus, Houdini qui démasque des charlatans, des Cubains qui ont des missiles, des Romains qui persécutent des Chrétiens, Malcolm X qui combat les injustices sociales, des Templiers qui se battent en Terre sainte et un zeppelin qui s’écrase. Du divertissement (et de l’instruction) pour tous les goûts!

Publicités

100 mots sur… Le dernier Lapon

LeDernierLaponL’intrigue raffinée d’Olivier Truc est magnifiquement menée dans la corps principal de son roman. Cependant, celle-ci souffre de  l’empressement avec lequel l’auteur clôt son récit. En effet, la trame narrative est si complexe que l’on se retrouve avec une foule de points à boucler. Ainsi, dans les derniers chapitres, le rythme auquel les révélations surgissent s’accélère dramatiquement, au point tel où, à quelques pages de la fin, les affaires traînantes sont conclues si vite que quelques phrases à peine suffisent à régler le sort de deux des trois antagonistes principaux.

Les dix derniers mots: L’auteur lâche les “rennes” un peu trop vite (oh calembour!).

Notes marginales (préposition) les réseaux sociaux

Depuis un bout de temps, je commençais à me sentir à l’étroit sur ce blogue. J’avais tout plein de petites pensées qui me percutaient le crâne régulièrement, mais je ne me voyais pas écrire un billet ici à chaque fois. C’est très joli, WordPress, mais c’est un peu lourd comme système juste pour partager une photo ou une phrase toute simple.

Il me fallait quelque chose de plus agile (dans le sens informatique pédant).

C’est pourquoi j’ai sauté à pieds joints dans la grande mare des réseaux sociaux, le pied droit dans Facebook et le gauche dans Twitter.

La page du blogue sur Facebook me servira à partager des liens vers mes billets ainsi que vers d’autres articles que je juge intéressants. Ce sera en quelque sorte mon organe de propagande officiel. Elle offrira aussi aux gens qui m’ont en horreur personnellement de se tenir au courant des activités liées au blogue sans toutefois avoir à endurer toutes les citations inspirantes et les photos de bébés sur ma page personnelle. (C’est une blague: ma page Facebook ne contient que des selfies avec des fruits et des incantations druidiques.)

Quant au compte Twitter, c’est mon ancien compte qui me servait à l’édition de comics et que je viens de reconditionner pour mes besoins de blogueur francophone. Ne vous étonnez donc pas de tomber sur des tweets en anglais si vous remontez trop loin en arrière (et c’est vraiment pas loin en ce moment). Je me servirai de Twitter pour les petites pensées-éclairs et les photos. J’ai lié ce compte à la page Facebook, ce qui fait que tous les tweets seront rediffusés sur Facebook, au grand bonheur de ceux qui croient que tout ce que j’ai à dire est digne d’intérêt.

Grâce à ces deux nouveaux outils, j’espère pouvoir être plus actif en tant que créateur de contenu Web (si l’on peut considérer comme du contenu l’équivalent littéraire d’afficher une photo de son déjeuner) et peut-être ainsi courir la chance de tisser des liens avec des gens aussi passionnés que moi par le monde des histoires.

Allez, on se revoit sur les internets!

(Pour ceux qui s’interrogeraient sur le titre, Amélie et moi avons passé quinze minutes à discuter et à faire des recherches pour savoir si on disait « sur les réseaux sociaux » ou « dans les réseaux sociaux ». Après ces démarches infructueuses, j’ai décidé de trancher le noeud gordien à l’aide du sabre de l’humour.

Mais on n’est toujours pas plus près de savoir.)

Mes « pas les meilleures » lectures de 2014

Comme j’ai lu beaucoup de livres en 2014, il s’ensuit que les lois de la moyenne doivent s’appliquer. Nécessairement, la forme de la courbe demeure la même et le nombre de « moins bons » livres sera donc plus élevé. Voici les cinq lectures les plus éloignées de mon top 5

SaveTheCatSave the Cat! par Blake Snyder
L’un des guides d’écriture les plus cités dans les cercles de créateurs littéraires, l’évangile selon Blake Snyder s’est avéré un décevant recueil de mauvais conseils… sauf si vous le consultiez dans le but de concevoir l’histoire la plus convenue et mécanique qui soit afin de la vendre à un gros studio d’Hollywood. Alors le livre est parfait.

Pourquoi je n’ai pas aimé:

  • L’auteur présente l’attitude arrogante d’un gourou infaillible. Le ton est familier et suffisant, comme un vendeur de voitures d’occasion qui vous interpelle d’un « ma p’tite madame ».
  • Le livre prêche une approche effrontément mercantiliste de la création. On ne cherche pas à créer quelque chose de bon mais quelque chose qui se vend. C’est la manière fast food de voir l’écriture: les grosses ventes sont perçues comme un facteur qui prouve la qualité d’une oeuvre, sans égard au fait évident qu’il est facilement possible d’engranger de grosses recettes en dépit d’un manque de qualité.
  • La portée applicable des concepts de Snyder est extrêmement limitée: seuls les scénaristes de films d’action ou de comédies grand public peuvent en tirer parti. Cela n’empêche pas Snyder de prôner, avec une mauvaise foi déconcertante, l’universalité de son approche, écartant les succès critiques d’oeuvres situées hors de ce créneau comme des aberrations.

rubiconRubicon par Mark Long
Ce roman graphique disposait d’une énorme potentiel. Il s’agit d’une adaptation du film Les sept samouraïs de Kurosawa, transposé en Afghanistan, où s’opposent Talibans et militaires américains. Ce concept aurait pu mener à un examen captivant sur la nature belliqueuse de l’homme et le joug sous lequel sont forcés les habitants des zones de conflit. Mais non.

Pourquoi je n’ai pas aimé:

  • Les personnages sont vides au point d’en être interchangeables. L’auteur tente de nous faire ressentir quelque chose quand l’un d’eux meurt, mais, pour nous, c’est seulement « Barbu numéro trois » qui mord la poussière.
  • L’intrigue est bête et simple. Il n’y a aucune tension dramatique puisqu’il n’y a aucun retournement de situation qui ne soit prévisible plusieurs  pages à l’avance.
  • L’auteur s’est contenté de transposer l’intrigue originale dans un nouveau contexte sans s’interroger sur les thèmes et le symbolisme du film de Kurosawa. On reconnaît la séquence des événements mais rien de l’esprit, ce qui fait de Rubicon un simple exercice de style plutôt qu’une oeuvre de fiction à part entière.

CulSecCul sec! par Jean-Philippe Bergeron
J’étais allé au Salon du livre de Québec en 2014 dans le but avoué de découvrir ce qui se faisait en bande dessinée au Québec. Ayant valdingué longtemps du côté américain, mes derniers souvenirs de BD made in Québec remontaient à Red Ketchup et Michel Risque. Cul sec! paraissait à la fois un investissement judicieux de mon budget pour le Salon et une belle façon d’encourager la création locale. Apparemment, je n’avais raison qu’à moitié.

Pourquoi je n’ai pas aimé:

  • Il n’y a pas d’intrigue dans cette bande dessinée. Il y a une séquence d’événements qui se déroulent dans une chronologie douteuse, certes, mais aucune volonté d’organiser le tout dans une structure narrative signifiante. Bref, il se passe des choses, mais on n’en perçoit ni l’importance ni l’intérêt.
  • Les personnages sont dénués de personnalités cohérentes. D’une scène à l’autre, on a peine à croire que ce sont les même personnes tant leur comportement semble aléatoire (et le dessin incertain n’aide pas).
  • Le livre se termine et on reste avec un sentiment d’inachèvement. C’est normal pour un comic book américain mensuel à trois dollars de se terminer abruptement, pas pour une bande dessinée à couverture rigide de vingt dollars qui pourtant se lit en dix minutes.

MoongramMurdersThe Monogram Murders par Sophie Hannah
Soyons clair: je suis un fanatique indécrottable d’Hercule Poirot. J’ai des souvenirs de mon adolescence dans lesquels je me vois passer des nuits blanches à dévorer un Agatha Christie de la première à la dernière page. En fait, le seul défaut que je pouvais trouver au personnage de Poirot, c’est de n’avoir pas survécu à son auteur. Aujourd’hui, après avoir mûri et aussi après avoir constaté l’utilisation que Sophie Hannah a fait du personnage, je comprends qu’il valait mieux que Dame Agatha emporte sa créature avec elle dans l’au-delà.

Pourquoi je n’ai pas aimé:

  • Il y a un mélange brouillon des genres de l’énigme policière et du thriller qui fait de ce livre un polar pastiche plutôt qu’un véritable Hercule Poirot. Imaginez Columbo, l’arme au poing, en train de ramper dans les conduites d’aération du Nakatomi Plaza et vous aurez une bonne idée de la dissonance des genres.
  • L’intrigue policière est menée de façon maladroite. Elle consiste en une longue série de révélations gratuites et d’indices inconséquents qui se solde avec une explication alambiquée qu’il faudrait relire pour comprendre… ce que vous n’aurez aucune envie de faire.
  • L’auteur ne comprend manifestement pas comment fonctionnent les points de vue narratifs, se trompant sans cesse sur ce qu’elle est en droit de communiquer au lecteur.

PositionTireurCoucheLa position du tireur couché par Jean-Patrick Manchette
J’ai terminé de lire ce roman au début du mois d’août et je n’en ai conservé aucun souvenir. C’est comme si vous me demandiez de décrire ma journée au bureau le troisième mardi de septembre 2007. Ce livre est l’équivalent littéraire d’une crème de tomate: tout l’ordinaire d’une soupe en canne sans le réconfort d’une bon bouillon de poulet chaud.

Pourquoi je n’ai pas aimé:

  • La prose est sèche, froide et plate au point où je pourrais la décrire comme clinicienne. L’Agence des douanes et du revenu du Canada m’envoie de la correspondance écrite avec plus de passion que ce roman.
  • Le protagoniste est une coquille vide sans ambition, sans émotion et sans personnalité. On ne s’intéresse absolument pas à ce qui lui arrive parce qu’il ne présente aucun relief auquel s’attacher.
  • L’intrigue est inexistante. Aucun but, aucun fil conducteur, aucun thème sous-jacent, juste une suite d’évènements présentés froidement, comme un témoignage rendu par une caméra vidéo noir et blanc. Cul sec! souffre peut-être de la même vacuité narrative, mais ses créateurs avaient au moins le coeur de s’essayer. Ici, rien. On ne sent même pas la présence d’un auteur tenant la plume.

Mentions « déshonorables »

  • TAG par Ghislain Taschereau
  • Dans le quartier des agités par Jacques Côté
  • Except the Dying par Maureen Jennings

J’espère que 2015 me réserve tout un gros paquet de bonnes lectures pour me faire oublier celles dont je viens de parler. Je dois bien sûr m’attendre à ce que cette année possède aussi son lot de déceptions, mais ça ne m’empêchera pas pour autant de tenter le coup et de prendre des chances comme je l’ai fait en 2014.

Et si jamais je suis encore déçu, je pourrai toujours écrire un billet comme celui-ci en janvier prochain.

100 mots sur… Resident Evil: Retribution

ResEvilRetribCinquième et plus récent volet de la série cinématographique Resident Evil, ce film ne présente aucun intérêt sur le plan narratif. C’est comme si le scénariste Paul W. S. Anderson avait abandonné, se disant que seuls les amateurs du jeu éponyme verraient le film, alors aussi bien leur donner une version live action. L’intrigue est littéralement calquée sur la progression d’un jeu vidéo, chaque « niveau » successif ayant son environnement spécifique et son boss final. Intrigue inexistante, personnages vides – il y a plus de substance dans un Let’s Play sur YouTube.

Les dix derniers mots: Jouer au jeu serait plus plaisant que regarder ce film.

Statut de la pile

Le dernier Lapon par Olivier Truc

LeDernierLaponLa lecture se poursuit, potoum-potoum. Olivier Truc me tient toujours en haleine, ce qui est normal puisque je ne suis qu’au tiers du livre. Tout est encore mystère, tout reste à être expliqué. Cependant, une certaine appréhension commence à s’installer; malgré le décor exotique du roman, je sens qu’il s’agit encore des même ressorts que j’ai vu des douzaines de fois dans d’autre polars. L’action a beau se dérouler au coeur de la toundra norvégienne, j’ai peine à discerner ce qui fait la spécificité de ce roman. Paris, Londres ou New York, les éléments de l’histoire sont facilement interchangeables. Mais je garde espoir!

The Writer’s Journey: Mythic Structure for Writers par Christopher Vogler

writersjourneyLa grande déception de cette semaine. Après un départ fulgurant, Christopher Vogler trébuche une fois les premiers chapitres passés, se prenant les pieds dans les ornières trop profondes du monomythe de Joseph Campbell. Autant sa pensée semblait pragmatique et facilement applicable au début, autant maintenant elle sonne convenue et empêtrée dans un fatras psychanalytique. Quand il n’énonce pas une notion convenue comme une nouvelle vérité, Vogler se perd en association d’idées sur fond de psycho-pop.

1Q84, livre 1: Avril – Juin par Haruki Murakami

1Q84v1Je voyais ce livre partout et je veux vraiment dire partout: librairies, boutiques de revues, pharmacies, épiceries – toujours la même édition avec cette couverture énigmatique. J’avais aussi déjà croisé le nom de l’auteur dans un article très intéressant sur le réalisme magique dans les romans. Déjà que j’affectionne particulièrement les auteurs japonais, ma curiosité a finalement pris le dessus à Noël. Je n’ai lu que deux chapitres jusqu’à présent et j’aime bien. Certes, c’est difficile de déceler le style d’un auteur japonais au travers d’une traduction française, mais je remarque que Murakami a tendance à prendre son temps pour décrire des gestes et des endroits pourtant simples. Or, malgré ce nombre objectivement plus élevé de mots, ça reste toujours intéressante grâce au choix des mots (peut-être dû à la traduction) et des éléments sur lesquels la description s’attarde (certainement dû à l’auteur).

Mes meilleures lectures de 2014

Selon le réseau social Goodreads, j’ai lu 84 livres en 2014, ce qui donne une moyenne de sept livres par mois, donc plus d’un par semaine. Ça fait beaucoup de livres! Et pourtant, étant l’élitiste pointilleux que je suis, j’ai eu peur de ne pas trouver parmi toutes ces lectures cinq titres dignes d’être mentionnés ici. Heureusement, il y avait les cinq livres suivants…

SceneOfTheCrimeScene of the Crime par Ed Brubaker
Brubaker, comme Warren Ellis et Brian K. Vaughan, demeure pour moi l’un des grands et véritables auteurs du médium du comic book mensuel américain, dans une catégorie bien au-delà des scripteurs à la chaîne qui doivent pondre une vingtaine de pages par mois, peu importe si le contenu présente la moindre qualité narrative ou pas. Scene of the Crime suit l’enquête de Jack Herriman, détective privé de San Francisco, alors qu’il tente de retracer la soeur disparue de sa cliente, disparition liée à une secte new age.

Pourquoi j’ai aimé:

  • L’intrigue est fine et complexe, contrairement à ce qu’on peut trouver dans la plupart des comics du genre polar.
  • Les dialogues sont naturels tout en restant plutôt restreints, format oblige.
  • Brubaker est un habitué du polar noir. Sa série Criminal en est d’ailleurs le meilleur exemple. Ici, il démontre sa maîtrise du genre, usant de tous ses ressorts typiques sans jamais tomber dans le cliché.

AmesGrisesLes âmes grises par Philippe Claudel
J’ai découvert Philippe Claudel en consultant une liste d’auteurs de romans policiers français. Or, à lire ce livre, on peut difficilement classer Claudel dans la même catégorie que les autres auteurs de polars qui se contentent trop souvent d’imiter le style des Américains. Plus un poème en prose qu’un roman policier, Les âmes grises raconte à la première personne les souvenirs d’un policier de village sur le meurtre d’une fillette, le tout sur toile de fond de Première Guerre mondiale.

Pourquoi j’ai aimé:

  • Claudel évoque une atmosphère lourde, chargée de mystère et de non-dits douloureux, mais tout de même onirique.
  • La prose est très travaillée. Peut-on parler de « poème policier »? De « polar littéraire »? En tous cas, le texte enchante à lui seul.
  • Les personnages sont tous uniques, pas parce que l’auteur en a fait des caricatures grossières, mais parce qu’il leur a donné chacun une personnalité originale qui les amène à réagir et à changer au fur et à mesure que l’intrigue avance.

CrookedLittleVeinCrooked Little Vein par Warren Ellis
Ah! Warren Ellis! Mon auteur fétiche! Il fallait bien qu’il fasse partie de cette liste. En fait, je crois que je me suis empêché de lire un second roman de lui en 2014 juste pour m’assurer qu’il n’apparaisse qu’une seule fois parmi mes cinq meilleures lectures. Premier roman d’Ellis, Crooked Little Vein suit les aventures du détective privé Michael McGill alors qu’il parcourt les États-Unis à la recherche d’une seconde version secrète de la Constitution. En chemin, il est confronté à des ninjas, des herpétophiles (ne cherchez pas sur Google!) et autres antagonistes de la même trempe. Je n’en dis pas plus.

Pourquoi j’ai aimé:

  • C’est Ellis avec toute son irrévérence. Il peut remplir son histoire à ras bord des conneries les plus aléatoires mais, au final, vous aurez lu une histoire parfaitement bien structurée.
  • Je suis amateur des genres noir et néo-noir qu’Ellis manie ici avec brio.
  • La prose seule vaut le détour. C’est la version comique de ce que Claudel accomplit dans Les âmes grises. Même les passages les plus descriptifs vous feront sourire parce que c’est fait avec humour et ingéniosité.

GuanoGuano par Louis Carmain
Ce roman m’a remonté le moral après l’une de mes pires lectures de l’année, comme un bon ami qui prend un verre avec vous après une rupture difficile. L’histoire de Guano n’a rien d’innovateur: un lieutenant de marine s’éprend d’une femme de Callao au moment où la guerre éclate entre l’Espagne et le Pérou. En fait, tout l’intérêt tient de la prose de Louis Carmain: son style détaché et dérisoire remet en question non seulement la sincérité de l’histoire d’amour mais aussi le jugement de tous les acteurs politiques du conflit en arrière-plan.

Pourquoi j’ai aimé:

  • Le style de Carmain est uniquement personnel, tout en image et en détachement narratif, ce qui est assez étonnant pour un premier roman.
  • L’intrigue est très lente mais on ne sent jamais de longueurs tellement on prend plaisir à lire le texte.
  • Les personnages sont tous hauts en couleurs, allant des différents amiraux espagnols au premier ministre péruvien féru de théâtre, en passant par les bonnes, les soldats et les joueurs de trompette. Carmain en dit toujours juste assez sur chacun d’eux pour les distinguer du fond, sans jamais tomber dans le trait grossier.

BestiaireFruitsLe bestiaire des fruits par Zviane
Pas grand chose à dire sur ce livre: Zviane goûte à différents fruits bizarres, qui se retrouvent toujours dans le même étalage « varia » du supermarché, et nous fait le rapport de ses découvertes. On ne pouvait pas trouver plus simple comme concept et, pourtant, c’est incroyablement divertissant à lire.

Pourquoi j’ai aimé:

  • Le livre gagne des points juste pour le sujet.
  • Même si le ton est léger, le sujet n’est jamais traité avec légèreté. Zviane aurait pu tout simplement se contenter d’y aller d’un « yarque, un fruit mou avec des piquants » mais non. Son livre témoigne d’un véritable souci de recherche et de présentation des divers « tests » auxquels elle s’est livrée.
  • Toujours à propos du ton, il est d’un naturel rafraîchissant. Zviane parvient à conserver un style intime et naturel qui la rapproche du lecteur sans jamais tomber dans la familiarité grossière.

Mentions honorables:

  • The Anatomy of Story par John Truby
  • Blackbirds par Chuck Wendig
  • Samurai Executioner Omnibus, volume 1 par Kazuo Koike

Cela va de soi que je vous recommande chaleureusement chacun de ces livres. Si vous les lisez ou que vous les avez déjà lus, faites-moi part de vos impressions. Je suis curieux de voir s’ils ont le même effet sur vous qu’ils ont eu sur moi.

Et vous, quelles sont vos meilleures lectures de 2014? J’espère recevoir de vos suggestions, car la chasse aux meilleures lectures de 2015 est déjà commencée!