100 mots sur… Dredd

dreddBasé sur le comic britannique Judge Dredd, le film quasi-éponyme nous relate un quart de travail pas commode pour notre héros à gueule de Grumpy Cat. Le film se démarque en étant la seule adaptation de comic book à omettre de nous imposer  une heure de mythe originel pour plutôt se concentrer sur son intrigue principale. Le juge Dredd est établi dès le début comme un justicier notoire et redoutable, ce qui nous suffit pour l’histoire. Bref, un rare film d’action qui ne prend pas le spectateur pour un idiot.

Les dix derniers mots: Un modèle pour tous les autres films du même genre!

Publicités

J’ai appris que…

La Commission générale de terminologie et de néologie, l’équivalent français de notre Office québécois de la langue française, privilégie le mot « fureteur » pour désigner ces gens que les anglophones appellent des lurkers, c’est-à-dire les internautes qui fréquentent un forum de discussion sans y participer activement. Or, me suis-je demandé, n’est-ce pas là plutôt le terme qui remplace browser? Selon notre Office, oui et j’ai tendance à prendre son parti puisque « fureteur » est effectivement une traduction française directe du mot browser. Là où l’Office et moi divergeons d’opinion, c’est sur leur proposition pour lurker: « badaud ».

« Rôdeur », ça ne vous est jamais venu à l’esprit, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique?

Et maintenant, vous savez cela aussi.

Sources: Timbrés de l’orthographe, numéro 8, site officiel de la Commission générale de terminologie et de néologie, Grand dictionnaire terminologique

100 mots sur… Dragon Age: Origins

DragonAgeOriginsPremier de la série Dragon Age, ce jeu présente un aspect particulier en ce qui a trait à la trame narrative: non seulement le joueur est-il libre de choisir s’il sera un « bon » ou un « méchant », mais en plus les choix ne sont pas toujours aussi simples qu’ils ne le paraissent en premier. En effet, la plupart des bonnes actions requièrent des compromis, de même que les mauvaises actions peuvent tout de même avoir des effets bénéfiques. Aucun noir ou blanc dans ce jeu, que des tons de gris.

Les dix derniers mots: La plupart des romans  et films peuvent-ils en dire autant?

Statut de la pile

HeroWithAThousandFacesThe Hero With a Thousand Faces par Joseph Campbell – Comme je l’ai prédit il y a une semaine, je n’ai pas poursuivi la lecture de cet ouvrage. Cependant, je commence officiellement demain mes vacances. Voici donc venu le moment idéal pour m’atteler à la tâche ingrate de traverser d’un bout à l’autre les réflexions psychanalytiques de M. Campbell, et ce, au pas de course.

ninja1000yotswNinja: 1,000 years of the Shadow Warrior par John Man – L’auteur semble s’être confiné à un développement plus chronologique maintenant alors le livre reprend conséquemment un peu de structure. On approche de ma période fétiche de l’histoire du Japon, l’ère des Tokugawa, alors je poursuis ma lecture avec une touche de plus d’ardeur.

gttag

TAG par Ghislain Taschereau – J’ai essayé le truc de lire ce roman comme si c’était intentionnellement comique et je suis désolé: ça ne fonctionne pas. Je ne peux pas admettre qu’on puisse vouer autant de mots à la philo-pop style ado sur LiveJournal sans se prendre le moindrement au sérieux. Sinon – et ce serait là un coup de génie – ce livre est une entreprise de satire monumentale qui rivalise avec les Jonathan Swift et les Ambrose Bierce de la littérature. Oui, j’ai encore de l’espoir.

DungeonMastersGuideDungeon Master’s Guide par Jeremy Crawford, Christopher Perkins et James Wyatt – Ça a été une semaine plutôt chargée alors je n’ai pas consacré autant de temps que je l’aurais souhaité à la lecture. C’est mon progrès dans ce livre qui en a pâti le plus et c’est bien dommage parce qu’il s’avère encore plus intéressant que je ne l’aurais cru. Comme le montre la citation que j’en ai tirée cette semaine, le nouveau Dungeon Master Guide exprime un souci véritable d’enseigner aux aspirants Maîtres de Donjons comment raconter une histoire. Il y a peut-être un billet à écrire là-dessus…

InfopresseVol30No3Infopresse vol. 3 #3 – Le premier numéro de notre abonnement à Infopresse est enfin arrivé au bureau. Je me suis empressé de l’accaparer avec promesse de le rendre dans une semaine; ne vous attendez donc pas à revoir ceci dans le prochain Statut de la pile. Jusqu’à maintenant, le contenu a porté sur des soucis publicitaires, mais j’espère un peu de design d’ici la dernière page, question de justifier la dépense!

Gare à la fausse action

Lors de la construction d’un récit, prenez garde à la « fausse action » ou l’action pour le seul bénéfice de l’action. La fausse action ne fait pas progresser l’histoire, elle n’implique pas les personnages et ne les pousse pas à changer. Beaucoup de films d’action souffrent de fausse action; les poursuites automobiles, les combats d’armes à feu et les explosions abondent mais ne font rien de plus que d’importuner les personnages et éventuellement d’ennuyer les spectateurs avec leur répétition et leur manque d’enjeux significatifs.

– Dungeon Master’s Guide, 5e édition

Ce livre se révèle une surprenante leçon d’écriture…

J’ai appris que…

La langue latine est en train de faire un retour! Intérêt recrudescent chez la gente estudiantine de Rome, covers latin de Pink Floyd, version latine de Facebook – même le pape a son compte Twitter en latin! Si vous avez déjà eu un intérêt pour cette langue ancêtre de notre français moderne, c’est le moment ou jamais de faire partie du mouvement. Pas trop certain de comment aborder le défi? Faites comme tous les débutants en langues étrangères et allez sur Google Translate: il y a maintenant une option pour vous faire sonner comme un César. Latina lingua revenit!

Et maintenant, vous savez cela aussi.

Source: NBC news

100 mots sur… The Hybrid

TheHybridJ’ai été agréablement surpris par la qualité de la réalisation et des interprétations de The Hybrid (titre original: Scintilla). Par contre, le scénario laissait beaucoup à désirer côté dialogue, développement des personnages et intrigue. Ce qui coule particulièrement l’histoire, c’est le manque de but précis pour le protagoniste. Mercenaire de profession, son objectif à l’intérieur du récit est évident, mais son but en tant que personnage dans une histoire est manquant. Ainsi, malgré la réalisation compétente, le film s’embourbe et nous ennuie parce qu’il ne dispose d’aucune ligne narratrice claire.

Les dix derniers mots: Ce type aimait vraiment beaucoup les sandwichs aux viandes froides.